Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/54

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



UN JURÉ.

Ah ! oui… fort bien.


DEUXIÈME JURÉ.

Quelle heure ?


LE COMMIS.

Trois heures et demie.


UN JURÉ, à un autre juré.

Ce marchand est insupportable… et il sent l’ail d’une façon odieuse.


DEUXIÈME JURÉ.

Mais il a l’air d’un brave homme.


LE PROFESSEUR, à Nekludoff.

Pardon… vous êtes bien le prince Dimitri Nekludoff ?


NEKLUDOFF.

Parfaitement.


LE PROFESSEUR.

Je ne sais si vous me remettez bien. Pierre Grassimovitch, professeur au Gymnase. J’ai eu l’honneur de vous connaître, il y a deux ans, quand vous étiez officier de la Garde.


NEKLUDOFF.

Ah ! fort bien.


LE PROFESSEUR.

Alors, le sort vous a désigné aussi ? Vous ne vous êtes pas fait dispenser, prince ?