Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/400

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène X


IRÈNE, seule, puis une Femme de Chambre


IRÈNE, (seule, prend son chapeau sur la table. En le prenant, elle a une espèce de long sourire mélancolique.)

Ce chapeau, ce chapeau de jeune fille… avec des roses !… Pauvre vieille, ils ont dit, la pauvre vieille !…

(Elle se regarde dans la glace avidement ; on dirait qu’elle fait en arrangeant ses cheveux le dernier geste de la femme et qu’elle ensevelit tout un passé ; on dirait que les cheveux blanchissent, que le visage se tire, sous l’effet de la volonté fixe.)

UNE FEMME DE CHAMBRE, (entrant en coup de vent.)

Madame, c’est monsieur Soubr…


IRÈNE.

Faites entrer.


LA FEMME DE CHAMBRE.
hésitant en voyant cette personne inconnue.

Mais, madame, je ne sais si je dois…


IRÈNE.

C’est juste ! Oh ! vous pouvez… Je suis la grand’mère.


FIN