Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/397

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


choses, veux-tu ?… Voilà… Alors, à après dîner… Il fait un beau froid ; je vais aller à pied… Bonsoir…

(Il sort, le col relevé, la canne dans la poche de son pardessus, le pas traînant, le dos voûté.)


Scène IX


RICHARD, MADELEINE, IRÈNE

Richard attend une seconde, en réfléchissant ou en rêvant, puis va à la porte par où est sortie Madeleine ; on entend la voix de la nourrice.


LA VOIX DE LA NOURRICE.
Ainsi font font font, les petites marionnettes.
Ainsi font font font,
Trois petits tours et puis s’en vont…


(Richard reste accoudé à la porte. On le voit sourire aux femmes. Puis entrent Irène et Madeleine. Irène va quasiment s’affaisser sur un canapé, le mouchoir sur la bouche, prise d’une faiblesse.)

RICHARD.

Qu’a-t-elle ?


MADELEINE.

L’émotion.


IRÈNE.

Ahl mes enfants ! Cela m’a fait bien plaisir. Comme il est beau ton petit, Richard !