Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/383

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mon pauvre ami ! Et puis, qui te prouve qu’elle ne va pas continuer de voir son monsieur ? Ou qu’elle ne partira pas un de ces quatre matins, avec un nouvel ami à toi ?


RICHARD.

Madeleine !


MADELEINE.

Elle nous a mis en droit de tout supposer, et dire qu’elle vient vers Raoul avec ses lèvres embrassées par des hommes, par… Sais-tu qu’elle nous apporte, le sais-tu ?… tout simplement le déshonneur.


RICHARD.

Tiens !


MADELEINE.

Quoi ?


RICHARD.

Rien. Je me rappelle seulement avoir prononcé cette phrase là autrefois…


MADELEINE.

Tu as bien changé depuis !


RICHARD.

Non, c’est l’honneur qui a changé de côté… Faut croire que ça se déplace…


MADELEINE.

Ne fais pas d’esprit.


RICHARD.

Je n’en ai jamais moins fait… Ne te donne pas