Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/362

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MADELEINE.

Monsieur Soubrian, vous serez puni : vous aurez beaucoup d’enfants.


SOUBRIAN.

Si vous voulez.


RICHARD.

Est-il spirituel cet imbécile-là !… Nounou, vous ne sortirez pas avant trois heures. Vous accompagnerez madame chez le médecin, avec le petit… C’est pour le lait stérilisé.


SOUBRIAN.

Tu vas faire stériliser la nourrice ?

(La nourrice sort.)

RICHARD.

Le médecin veut essayer une alternance de biberon et de sein.


SOUBRIAN.

Ça va la vexer, cette femme, la concurrence. Elle ne débitera plus, vous verrez.


RICHARD.

Dis donc… pour te ramener à des choses sérieuses, je vais alors t’écrire cette lettre. Tu passes aux Messageries, tu la remets en te nommant et en disant que tu es le fils du directeur du Grand Radical


SOUBRIAN.

Ça ne leur produira aucun effet… La presse ne fait plus peur qu’aux journalistes.


RICHARD.

Allons donc ! Tu verras qu’ils rembourseront