Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/261

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IRÈNE.

Quelle heure, Georget ?


GEORGET, (regardant sa montre.)

Onze heures et demie !


IRÈNE, (à la marquise.)

Il n’est que minuit trente-cinq.


LA MARQUISE, (se levant précipitamment.)

Minuit trente-cinq ! c’est effrayant… J’avais commandé la voiture pour onze heures. Au revoir, monsieur. Quand vous passerez de mon côté…


GEORGET.

Infiniment aimable !


LA MARQUISE, (à Irène qui la conduit.)

Ne me raccompagnez pas, chère amie, je vous en prie.


IRÈNE.

Comment donc !


LA MARQUISE.

Il est charmant, ce garçon. Et bien élevé !

(Elles sortent toutes deux. Une seconde Georget reste seul.){d