Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/251

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène IX


Les Mêmes, GEORGET, puis RICHARD et LIGNIÈRES

Georget s’avance en laissant la porte ouverte, et vient
serrer les mains à l’avant-scène.

LA MARQUISE.

Nous regardions l’ombre que vous faisiez sur la vitre. C’était extraordinaire…


GEORGET, (se retournant, sans bien comprendre.)

Ah ! oui… là… Je devais avoir l’air idiot !

(Richard et Lignières entrent en causant.)

COLETTE.

Eh bien, c’est fini votre petit complot ?


RICHARD.

Fini, fini.


IRÈNE.

Qu’est devenu Soubrian ? Vous l’avez invalidé ? Et Paulot ?


RICHARD.

Soubrian avait un rendez-vous, et Paulot est allé finir son devoir d’histoire dans sa chambre.


MADAME CHADEAUX, (s’élevant.)

Nous vous attendions pour prendre congé.


IRÈNE.

Déjà !