Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/225

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LOUIS.

Je ne te le conseille pas… Penses-y toujours, mais n’en parle jamais.

(Lignières entre au salon. Au moment où Louis et Richard sont sur le seuil, M. de Rysbergue et Soubrian entrent par la porte de gauche, le pardessus sur le bras et le chapeau à la main.)


Scène IV


MONSIEUR DE RYSBERGUE, SOUBRIAN, RICHARD, LOUIS


MONSIEUR DE RYSBERGUE, appelant.

Richard !… (Richard se retourne et redescend avec Louis qui a aperçu aussi son père.) Je vais au Cercle, un instant, avec Soubrian. Le train de Bruxelles est à midi 10 demain. Je déjeunerai dans Paris… Le coupé portera mes valises à la gare… J’ai donné mes ordres… Toi, sois au bureau demain matin à huit heures. Je t’indiquerai les dernières instructions…


RICHARD.

Bien.


LOUIS, à son père.

Bonsoir, papa !

(Soubrian et son fils échangent un clin d’oeil en se séparant.)

RICHARD.

Tu seras de retour quand ?