Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/207

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LIGNIÈRES.

Paulot dirait que ce n’est déjà pas si mal !


RICHARD, à Louis Soubrian.

Et Marcienne ? Ça biche ?…


LOUIS.

Épatamment… merci… Tu l'as vue la gosse dans la revue de la Cigale ?


RICHARD.

Oui…. je la trouve charmante…


LOUIS.

Meroi… n’est-ce pas ?


RICHARD.

Paulot, sais-tu si Georget doit venir ?


PAULOT.

Il me l’a dit, du moins.


LIGNIÈRES.

Qui, Georget ? Ah ! oui, votre inséparable, le petit de Chambry.


RICHARD.

N’en dites pas de mal… c’est mon meilleur ami.


LOUIS, prenant Richard par le bras.

Psstt !… Richard. On peut te parler à cœur ouvert ?


RICHARD.

Vas-y.