Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/18

Cette page a été validée par deux contributeurs.


C’est la première fois de ma vie que j’aurai manqué la messe de Pâques, fifille… Les cloches n’ont pas encore sonné, n’est-ce pas ?


LA SERVANTE.

Non, je ne crois pas.


MATROBLA.

Quelle heure est-il à la pendule ? Minuit moins dix… Dans dix minutes, Christ sera ressuscité, ma fille… Quel temps auront-ils eu ?… Hé, la nuit est splendide… On dirait une nuit d’été. Ça sent le sureau ! Mesdemoiselles ont pris la voiture fermée ?


LA SERVANTE.

Je crois.


MATROBLA.

C’est prudent… À leur âge, le moindre courant d’air…


LA SERVANTE.

Tu causes, tu causes, Matrobla… Tu ferais mieux d’aller te coucher. Moi et Tikon, nous aurions bien suffi à recevoir les maîtres.


MATROBLA.

Non. Je veux être là pour l’embrassade. Il y a de l’eau dans la carafe ? Les serviettes ?… (À ce moment les cloches se mettent à sonner.) Ah !


LA SERVANTE.

Christ est ressuscité !