Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/163

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Voyons… le nœud était comme ça… non, plus bas, je crois… je portais un col plissé, plissé et ouvert comme ça… (Elle s’arrange et se coiffe comme au premier tableau. Elle ferme les yeux pour s'imaginer dans le passé ; elle regarde après dans la glace.) Et puis, il venait derrière moi… Oh ! la petite Katucha n’est pas aussi jolie que vous voulez le dire… (Elle laisse retomber la glace avec découragement.) Non, ce n’est pas ça… ce n’est pas comme ça que c’était… ce n’est plus du tout pareil.

(À ce moment on entend la voix de Fédosia dans la coulisse, qui chante, en cousant, la chanson du prologue.)

FÉDOSIA, dans la coulisse.
Catherine, Catherinette légère,
Tu n’es pas partie, tu n’es pas partie…

LA MASLOWA.

Ahl c’est Fédosia qui chante en cousant. (Et elle reprend doucement elle aussi.)

Catherine, Catherinette légère…
(On voit remuer ses lèvres, qui ne chantent plus maintenant. Sa poitrine se soulève avec force. Puis la voix de Fédosia s’éteint. Alors elle se prend la tête et murmure.)

C’est drôle, pourtant !… Qu’est-ce qui manque ?… mais qu’est-ce qui manque ?…


RIDEAU