Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/156

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



NEKLUDOFF.

Là… non, pas là… vous ne voyez donc pas… ici.

(La Maslowa essuie ses larmes du bout de son fichu et écrit en reniflant ses sanglots et en s’appliquant.)

MASLOWA, après avoir achevé d’écrire, essuie ses doigts à sa jupe, lève la tête et dit tout à coup avec un mouvement.

Je voudrais…


NEKLUDOFF.

Quoi ?


MASLOWA hésite, puis laisse retomber la tête.

Rien.

(Silence.)

NEKLUDOFF, remettant le papier dans sa poche.

Écoutez… je tiens à ce que vous ne vous mépreniez pas… Ce que m’a dit l’infirmier n’a pas d’importance… quoi qu’il arrive et quoi que vous fassiez, rien ne changera ma résolution. Je suis ici pour accomplir mon devoir… Il ne faut pas que vous pensiez qu’il s’agisse d’un autre sentiment quelconque…


MASLOWA, se levant, rougissante.

Oh ! je n’en doutais pas…


NEKLUDOFF.

Seulement, ce que j’ai dit, je le ferai… Où qu’on vous envoie, j’irai avec vous.