Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/150

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MASLOWA, avec colère, balayant.

Ils croient tous qu'ils n’ont qu’à me prendre, qu’il faut que j’aille avec eux parce que j’ai été comme ça autrefois… moi qui justement ne pourrais plus me sentir touchée par un homme… C’est vrai… je ne sais pas pourquoi, rien que cette idée me met en colère… Alors, justement, il faut qu’on m’accuse…


FÉDOSIA.

Pourvu qu’on ne me sépare pas de toi !


L’INFIRMIÈRE, à Maslowa.

Allons, toi, apporte le thé et la potion au 6… Tant que tu es ici, tu dois être considérée comme infirmière ; moi, ce sont des choses qui ne me regardent pas… Passe.

(Elles sortent.)


Scène V


FÉDOSIA seule, puis Un interne, puis NIKHINE


FÉDOSIA, reslée seule, s’approche de l’icône et s’agenouille.

Notre-Dame de Kazan, faites qu’on ne me sépare pas de Catherine… Si vous ne nous séparez pas, je veillerai bien sur elle… je l’empêcherai de fumer… je l’empêcherai de boire et de penser aux hommes… Notre-Dame de Kazan, faites que…

(Un interne entre avec Nikhine.)