Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/141

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA MASLOWA.

Écoute, je sais, moi… Elle pleure, parce qu’elle m’a dit qu’on la rudoie toujours… depuis qu’elle est au monde… on lui refuse tout, on se moque d’elle… Alors, elle m’a dit que pour se consoler en se mettant au lit tous les soirs, elle pense à son premier amour… à son serrurier qu’elle a aimé autrefois… Alors, tu vois en ce moment, elle pense… et c’est ça qu’elle pleure toute seule… Chut ! elle croit qu’on ne l’entend pas… Elle pense… alors… elle souffre… Chut ! chut !…

(Elles écoutent toutes les deux, le grand sanglot qui monte dans le silence et dans la nuit. Le rideau descend lentement.)

RIDEAU