Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/137

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA VIEILLE, riant.

On te la laisse, va, bonsoir…


UNE VIEILLE, devant l'icône.

Notre-Dame du Salut !…


LA FILLE DU DIACRE, dans le fond.

Quelqu’un peut-il me prêter une couverture de laine ?


PREMIÈRE FEMME.

Allons, couche-toi l’ourse… et laisse-nous dormir.

(La phtisique tousse.)

DEUXIÈME FEMME.

Oh ! ce qu’elle tousse, ce soir !…


LA VIEILLE, devant l'icône.

Notre-Dame du Salut !…

(Le lampiste allume les falots.)

LA GRANDE ROUSSE, en se couchant.

Hé ! le lampiste… Bonsoir à ta femme de ma part.


UNE VOIX, dans le dortoir.

Tu ne vas pas recommencer, hein, la grande bringue ! La paix !


LA GARDIENNE.

Allons… couchez-vous en silence, s’il vous plaît.

(Peu à peu, toutes les détenues se couchent dans le dortoir, dans le fond à droite. Fédosia et Maslowa restent seules sur le devant de la scène près du poêle.)