Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/109

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



QUELQUES FEMMES, se soulevant à peine.

La voilà !


LE GARDIEN.

Tiens, prends ça, c’est une dame qui te l’envoie.


LA MASLOWA, se levant.

Quelle dame ?


LE GARDIEN, lisant.

Madame Kataïew.


LA MASLOWA.

Oh ! qu’elle est gentille ! (Aux femmes.) Madame Kataïew, c’est mon ancienne patronne… Elle était bonne pour toutes ces demoiselles !…


LE GARDIEN.

Voilà, il y a deux roubles cinquante kopecks et une boîte de cigarettes.


LA MASLOWA, empoignant le paquet.

Ah ! enfin, je vais pouvoir boire et fumer !


LE GARDIEN.

Allons, tu vas t’en payer, hein ?

(Il sort.)

LA BEAUTÉ.

Tu vas nous en offrir, j’espère ?


LA MASLOWA.

Je crois bien !

(Elles se rapprochent de la Maslowa.)