Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/106

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA GARDE-BARRIÈRE.

Jamais je n’aurais cru cela… Nous croyions qu’on allait te mettre en liberté tout de suite… Ça arrive, à ce qu’il paraît… On vous donne même de l’argent, des fois…


LA BEAUTÉ.

Je te l’avais toujours dit : choisis un avocat habile.


UNE FEMME.

Et alors, quoi ? La Sibérie ? Et pour combien de temps…


UNE AUTRE FEMME.

Vingt ans.

(Elles se sont toutes rapprochées.)

LA BOSSUE.

Mon Dieu ! mon Dieu !


L’ENFANT, s’approchant de la Maslowa.

T’as du pain, la dame, t’as du pain ?


LA BOSSUE.

Mon Dieu, mon Dieu, tout de même !

(La Maslowa éclate en sanglots.)

LA VIEILLE.

Allons, allons, la petite, ne te fais pas de bile, va ! Quoi ? on n’en meurt pas…


LA MASLOWA, murmurant comme une enfant.

Les travaux forcés !…