Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/103

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



UNE FEMME.

Ah ! bien alors, si elle s’en mêle celle-là, on ne va plus s’entendre !…


LA BEAUTÉ.

C’est déjà suffisant avec la phtisique qui tousse tout le temps et la vieille qui marmonne ses prières.


UNE VIEILLE, agenouillée devant l'icône.

Notre-Dame-du-Salut, veillez sur nous, Notre-Dame-du-Salut, veillez sur nous…


UNE FEMME, à un enfant.

Kss ! kss ! mon chéri ! n'attrapera, n'attrapera pas… n’attrapera !…


UNE AUTRE FEMME

Bougre de gosse, je vais te relever ta chemise !…


LA GRANDE ROUSSE, criant par la fenêtre au fond.

Oui, mon vieux… c’est de la garce… de la belle garce de Moscou… et de la belle et de la fraîche encore… À ta disposition.

(Des femmes rient.)

UNE VIEILLE.

À qui parle-t-elle ainsi à la fenêtre ?


LA BEAUTÉ.

Aux forçats qui font leur promenade dans la cour.


LA GRANDE ROUSSE.

Hé ! le pelé, là ! le chien rasé… Avez-vous vu ce qu’il a fait ? Sale tondu !