Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 2, 1922.djvu/241

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ISABELLE.

On dirait que ça t’amuse !


GEORGES.

Plus, ça m’excite !


ISABELLE.

Tu as un excellent caractère.


GEORGES.

On le fait, son caractère ! Le mien devient en effet excellent. Je commence à comprendre le charme de notre situation… J’ai vingt ans… je sors du collège et j’ai une aventure avec toi. Écoute, suppose que tu es la bonne de ma mère.

(Il lui prend la taille.)

ISABELLE.

Tu es stupide !


GEORGES.

Je trouve cela amusant, très, très drôle, et plus… Ces baisers dérobés, ces… Nous qui passions pour un ménage bourgeois !


ISABELLE, froidement.

Celui-ci te va mieux, je comprends ça.


GEORGES, tirant tout à coup sa montre.

Voyons, deux et une font trois. Dépêchons-nous. (On frappe à la porte, machinalement il dit :) Entr…


ISABELLE.

Chut !

(Ils se séparent et vont s’asseoir diversement.)

GEORGES, une fois installé, un journal à la main.

Entrez !



Scène III


Les Mêmes, JEANNINE.


ISABELLE.

C’est toi, Jeannine ? Pourquoi frappes-tu ?


JEANNINE, du bout des dents.

Au cas où je vous aurais dérangés.