Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 2, 1922.djvu/187

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L'Enchantement




ACTE PREMIER


Un petit salon rotonde, avec, dans le fond, deux grandes baies vitrées, donnant, l’une sur une sorte de hall jardin d’hiver, l’autre sur un salon qu’on voit grandement éclairé à travers les vitrages de la porte. L’électricité est éteinte dans le jardin d’hiver. La rotonde est médiocrement éclairée, avec beaucoup de petites lampes aux épais abat-jour.


Scène PREMIÈRE


VICTOR DE CHELLES, MADAME HEIMAN.

(Au lever du rideau, Victor et Madame Heiman causent.)

QUELQU'UN ouvre la porte et la referme brusquement en disant :

Oh ! pardon !


VICTOR, se lève et s'adressant à la porte refermée.

Non… non… faites donc !… je vous en prie. (Riant.) Sont-ils bêtes !… (À Madame Heiman.) Est-ce que tu restes encore longtemps ?… Je suis éreinté… Odieuse, cette journée !… Nous avons été de toutes les corvées.


MADAME HEIMAN.

Dis, crois-tu, maintenant que la voilà mariée, que Georges va nous recevoir ensemble, comme avant ?… va-t-il falloir faire semblant…