Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 1, 1922.djvu/79

Cette page a été validée par deux contributeurs.


comme aujourd’hui, les demoiselles

disent entre elles :

« C’est Yannik Kantek, c’est le plus beau,

« qui a muscade dans ses chaussures… »

« et de la lavande dans ses poches… »


ERVOANIK.

Que dirait-on de vous alors,

demoiselle bien parée ?


LA VIEILLE.

Vous avez dû partir de bien bon matin

pour être ici avant la nuit ?…


ERVOANIK.

Vieille, le pichet est vide.


LA VIEILLE.

Passez-le-moi ; je vais l’emplir au cellier.

(Elle allume la lanterne à la cheminée.)

ERVOANIK.

Je porterai la lanterne


ALIETTE.

Mais mon pauvre ami,

vos yeux se ferment à regarder !…

Je vous en prie,

reposez-vous… nous repartirons dans une heure.