Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 1, 1922.djvu/76

Cette page a été validée par deux contributeurs.



ALIETTE.

Ervoanik, elle est sur votre épaule.


LA VIEILLE, (arrange la table.)

Voyez, jeunesse est belle, vieillesse est mauvaise.

Mes temps sont changés à moi ; il en est venu d’autres.

J’ai regretté ma jeunesse, mais je ne sais

où elle s’en est allée ….


ERVOANIK.

Ah ! jeunesse n’est pas gentille.

L’eau de nos yeux a mauvais goût.

Et pourtant j’en ai vu tomber de quoi emplir

toute la fontaine de pitié…

Vous avez dérangé votre coiffe, Aliette ?

allez au miroir.


ALIETTE.

Je n’irai pas au miroir, mon ami.

Il est temps de graisser les crêpes si l'on veut manger.


ERVOANIK.

Alors, versez le cidre.


LA VIEILLE.

Non, la mère des pommes est morte cette année…