Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 1, 1922.djvu/68

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Toi, petit, qui portes frisette, mange…

je te donnerai un jour une croix d’or fin

de la foire de Quintin…

Il faut me croire pourtant

quand je dis des vérités.

Prends, toi. Des tartines… des tartines…

(Les pierres tombent dans la maison.)

Voyons, soyez sages et je vous dirai l’histoire

du tailleur, du cher petit tailleur.

vous savez bien, Paskou rékéké, rékéké,

Lundi, mardi, mercredi…

(Elle reçoit une pierre.)

Oh ! ils m’ont blessée à l’épaule !

(Elle referme la fenêtre et redescend précipitamment. — La porte s’ouvre.)

Scène II


LE SÉNÉCHAL, entrant.
(Il frappe trois fois de son grand bâton sur le seuil.)

Ah ! ah ! Paskou le tailleur !…

chère petite vieille, vous chantez bellement.

Mais il était temps que je passe dans le chemin

pour terminer votre chanson.