Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 1, 1922.djvu/228

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



GRAND’MÈRE, (s’élançant à sa rencontre, effrayée.)

Prends garde ! Ne marche pas tout seul, je t’en prie…


DANIEL.

Si !… laisse-moi !…


GRAND’MÈRE.

C’est un excès, je t’assure… Voyons…


DANIEL, (en tombant assis près de la fenêtre, remarque René qui, plongé dans sa copie, n’a pas bougé.)

René !… Comment, vous faites travailler René aujourd’hui. Oh ! un jour de fête, de grande fête comme aujourd’hui ! Grand’mère, il a congé !…


GRAND’MÈRE, (vivement.)

Ce n’est pas un devoir… Je lui fais écrire un mot à Maxime pour lui apprendre la bonne nouvelle… Va, Marthe, vite, vite, je t’en prie !… il doit avoir fini… (Très haut.) Tu sais où est l’enveloppe ?


MARTHE.

Oui, madame.


DANIEL, (bas à sa mère.)

Eh bien ?


GRAND’MÈRE, (les yeux fixés sur ce que fait Marthe.)

Attends, chéri. (À Marthe qui a pris la lettre et