Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 1, 1922.djvu/215

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



GRAND’MÈRE.

Vois-tu d’autre solution ?


MARTHE.

Je ne sais si vous venez de révéler votre véritable pensée en me conseillant de partir maintenant, mais, moi, je ne peux rien dire de moi-même, sinon que je remplirai vos ordres, quels qu’ils soient…


GRAND’MÈRE.

En te laissant libre, de ton propre mouvement, partirais-tu ?


MARTHE.

Je resterais.


GRAND’MÈRE.

Combien de temps encore ?…


MARTHE.

Toute la vie.


GRAND’MÈRE.

Mais ta position est désormais impossible ! Maintenant que l’affreux secret est à nous deux, je ne pourrais… non, nous ne pouvons pas reprendre notre vie comme par le passé, côte à côte… c’est impossible.


MARTHE.

Je ferai ce que vous voudrez… Mais laissez-moi