Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 1, 1922.djvu/203

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ordinaires, et c’est aujourd’hui beaucoup plus simple que cela… c’est simple comme hier, comme demain, comme tout ce qu’on fait dans la vie… Regardez… ce coup de lancette qui me semblait tout un drame ? Était-ce peu de chose pourtant… Il faut devenir plus raisonnable que cela, mon enfant… Vous vous attachez tellement d’illusions !…


DANIEL.

Mais il n’y a pas de réalité plus évidente que celle-ci !… Nous nous serions peut-être des années brûlés d’espérance et de désirs, pour obtenir ce que le hasard de cinq minutes nous a jeté… Maintenant tu peux t’en aller au bout du monde, tu es à moi, tu es en moi… Et si c’est une illusion, tant pis !… j’en vivrai tout de même ! Je n’en connais pas de plus chère ni de plus profonde… J’ai l’hostie dans ma poitrine. Et va-t-en donc maintenant, si tu peux !


MARTHE.

Vous savez bien que je ne m’en irai pas. Daniel !… Mon corps est près de vous…


DANIEL.

Ah ! tu l’as dit toi-même… et tu me donneras tout le bonheur que tu viens de me promettre, tu achèveras l’œuvre douce de ta présence… Moi, je