Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 1, 1922.djvu/173

Cette page a été validée par deux contributeurs.



GRAND’MÈRE.

Tu sais les conséquences… Le voilà tout tremblant, tout pâle, maintenant…


MAXIME.

C’est bon, c’est bon… je m’en vais !

(Il sort.)

GRAND’MÈRE, (se rapprochant de Daniel.)

Qu’est-ce qu’il y a eu encore, mon petit ?


DANIEL (se laisse aller sur son épaule.)

Ah ! grand’mère !… comme je suis compliqué !


GRAND’MÈRE.

Mais non, mon enfant… Tu es simple, très simple… comme les autres… Calme-toi, là, fais-toi petit, sur mon épaule.


DANIEL.

Ah ! oui, qu’on est petit, mon Dieu ! qu’on est petit !


LA BONNE, (paraissant sur le seuil de la salle à manger, ouverte.)

Madame, monsieur René travaille sur la table de la salle à manger… Faut-il mettre le couvert ?…