Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 1, 1922.djvu/127

Cette page a été validée par deux contributeurs.



ERVOANIK.

Mon père, mon père, allez ouvrir…

Ouvrez toutes les portes, ouvrez !

pour qu’on voie bien venir la mort…

(Les voix touchent la porte.)


Requiem œternam. Libera me. Amen.


(On heurte au dehors avec la croix.)

ERVOANIK.

Tête nue !

(Il jette son chapeau et tombe à genoux devant la porte.)
(La procession est apparue, le prêtre devant, le bailli à côté.
Clercs, enfants de chœur, voisins, voisines, tout le village.)


Scène VIII



LE PRÊTRE.

Au nom du Père tout-puissant, du Fils et de l’Esprit saint.

(Les bannières s’inclinent derrière lui. Il récite :)