Page:Bastiat - Proudhon - Interet et principal, Garnier, 1850.djvu/65

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Par pitié pour l’ignorance où vous me voyez (ainsi que bon nombre de nos lecteurs), de la philosophie germanique, vous voulez bien, métamorphosant Kant en Diafoirus, substituer à la loi de la contradiction celle de la distinction.

Je vous remercie de cette condescendance. Elle me met à l’aise. Mon esprit se refuse invinciblement, je l’avoue, à admettre que deux assertions contradictoires puissent être vraies en même temps. Je respecte, comme je le dois, quoique de confiance, Kant, Fichte et Egel. Mais si leurs livres entraînent l’esprit du lecteur à admettre des propositions comme celles-ci : Le Vol c’est la propriété ; La Propriété c’est le Vol ; le jour, c’est la nuit ; je bénirai le ciel, tous les jours de ma vie, de n’avoir pas fait tomber ces livres sous mes yeux. A ces sublimes subtilités, votre intelligence s’est aiguisée ; la mienne y eût infailliblement succombé, et bien loin de me faire comprendre des autres, je ne pourrais plus me comprendre moi-même.

Enfin, à cette question : L’intérêt est-il légitime ? vous répondez, non plus en allemand : Oui et non, mais en latin : Distinguo. « Distinguons ; oui, l’intérêt du capital a pu être considéré comme légitime dans un temps ; non, il ne peut plus l’être dans un autre. »

Eh bien ! votre condescendance hâte, ce me semble, la conclusion de ce débat. Elle prouve surtout que j’avais bien choisi le terrain ; car que prétendez-vous ? Vous dites qu’à un moment donné, la rémunération du capital passe de la légitimité à l’illégitimité ; c’est-à-dire que le capital lui-même se dépouille de sa nature pour revêtir une nature opposée. Certes, la présomption n’est pas pour vous, et c’est à celui qui veut bouleverser la pratique universelle sur la foi d’une affirmation si étrange, à la prouver.

J’avais fait résulter la légitimité de l’intérêt de ce que le prêt est un service, lequel est susceptible d’être évalué, a, par conséquent, une valeur, et peut s’échanger contre toute autre valeur égale. Je croyais même que vous étiez convenu de la vérité de cette doctrine en ces termes :

« Il est très-vrai, comme vous rétablissez vous-même péremptoirement, que le prêt est un service. Et comme tout service est une valeur, comme il est de la nature