Page:Bastiat - Proudhon - Interet et principal, Garnier, 1850.djvu/181

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en sus représente l’élément frais, et surtout l’élément prime d’assurance ; ce n’est plus le prix du temps, c’est le prix du risque, ou de la difficulté et de l’incertitude du recouvrement.

Comment la liberté des Banques améliorerait-elle et égaliserait-elle la condition des emprunteurs sous ces rapports ? Que le lecteur veuille bien résoudre la question. J’aime mieux lui laisser cette fatigue que de la lui donner.

En cette matière comme en toutes, la véritable solution est donc la Liberté. La Liberté fera surgir des Banques partout où il y a un centre d’activité, et associera ces Banques entre elles ; elle mettra à portée de chaque marchand, de chaque artisan, ces deux grands leviers du progrès, l’Épargne et le Crédit. Elle restreindra l’Intérêt au taux le plus bas où il puisse descendre. Elle répandra les habitudes les plus favorables à la formation des capitaux. Elle fera disparaître toute ligne de démarcation entre les classes et réalisera la mutualité des services, sans anéantir ce prix du temps, qui est un des éléments légitimes et nécessaires des transactions humaines.

Liberté des banques ! Liberté du crédit ! Oh ! pourquoi, M. Proudhon, votre brûlante propagande n’a-t-elle pas pris cette direction ? Est-ce qu’à tous les autres égards, vous ne réclamez pas ce qui est pour tous les hommes un droit, un attribut, un enseignement, la Liberté ? Est-ce que vous ne demandez pas la liberté des achats et des ventes ? Et qu’est-ce, après tout, que le prêt, si ce n’est la vente d’un usage, la vente du temps ? Pourquoi faut il que cette transaction seule soit réglementée par l’État ou renfermée dans le cercle de vos conceptions ? Avez-vous foi dans l’humanité ? Travaillez à faire tomber ses chaînes et non à lui en forger de nouvelles. Admettez que le mobile qui la pousse vers son perfectionnement indéfini réside en elle-même et non dans le cerveau du législateur. Réalisons la Liberté, et l’humanité saura bien en faire sortir tout le progrès que sa nature comporte. S’il est possible et bon que le crédit soit jamais gratuit ou anéanti, comme vous le croyez, l’humanité libre accomplira cette œuvre plus sûrement que votre Banque. Si cela n’est ni bon ni possible,