Page:Bastiat - Proudhon - Interet et principal, Garnier, 1850.djvu/152

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ainsi le capital avancé par A, — après conversion de ce capital en produits, puis vente de ces produits aux travailleurs-consommateurs B, C, D, etc.; et, enfin, payement de la vente, — lui rentre augmenté d'un dixième, ce qui s'exprime à l'inventaire par la balance ci-dessous:


5. Résumé des opérations de A, propriétaire-capitaliste-entrepreneur, pour son inventaire au 31 décembre.

marchandises générales.


DOIVENT

Débit de ce compte au 31 décembre. 10,000 fr.

Bénéfice sur ce compte à porter au crédit du compte de capital A. 1,000 fr.

----------

11,000 fr.


AVOIR.

Crédit de ce compte au 31 décembre. 11,000 fr.

Balance.   11,000 fr.


On voit ici, pour le dire en passant, comment et à quelle condition les produits deviennent capitaux. Ce ne sont pas les marchandises en magasin, qui, à l'inventaire, sont portées au crédit du compte de capital, c'est le bénéfice. Le bénéfice, c'est-à-dire le produit vendu, livré, dont le prix a été encaissé ou doit l'être prochainement; en deux mots, c'est le produit fait valeur.

Passons à la contre-partie de ce compte, au compte des travailleurs.


CHAPITRE DEUXIÈME.
Compte des opérations de B, travailleur, avec A, propriétaire-capitaliste-entrepreneur.


B, travailleur, sans propriété, sans capital, sans ouvrage, est embauché par A, qui lui donne de l'occupation et acquiert son produit. Première opération, que l'on fait figurer au compte de B, ainsi:

1. Doit Caisse, 1er janvier, à B. — Compte de Capital.

Vente au comptant ou par anticipation de tout le produit de son travail de l'année, à A, propriétaire-capitaliste-entrepreneur, ci. 1,000 fr.


En échange de son produit, le travailleur reçoit donc