Ouvrir le menu principal

Page:Bastiat - Proudhon - Interet et principal, Garnier, 1850.djvu/15

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


valeur de leur bien en un siècle dix fois cette valeur, et que le prêtant ainsi indéfinitivement, ils en recevront mille, cent mille, un million de fois la valeur, sans jamais cesser d’en être propriétaires. De sorte que le simple usage du sac de blé, de la maison, du rabot, équivaudra à la propriété, non pas d’un, mais d’un million, d’un milliard et ainsi de de suite, de sacs de blé, de maisons, de rabots. C’est la faculté de vendre toujours de nouveau le même objet et d’en recevoir toujours de nouveau le prix, sans jamais céder la propriété de ce qu’on vend. Les valeurs échangées sont-elles égales ? Les services réciproques se valent-ils ? Car remarquez bien ceci : les instruments de production sont un service pouf les prêteurs comme pour les emprunteurs, et si Pierre, Jérôme, Valère et Guillaume ont reçu un service qui consiste dans l’usage d’une pièce cent sous, d’un sac de blé, d’une maison, d’un rabot, ils ont rendu en échange un service qui consiste dans la propriété d’un milliard de pièces de cent sous, de sacs de blé, de maisons, de rabots. Or, à moins de démontrer que l’usage de cinq francs égale la propriété de cinq milliards, il faut reconnaître quel’intérêt du capital est un vol.

Dès que, par l’intérêt ou la rente, un individu ou une succession d’individus peuvent échanger cinq francs, un sac de blé, une maison, un rabot contre un milliard et plus de pièces de cinq francs, de sacs de blé, de maisons, de rabots ; il y a un homme dans le monde qui reçoit un milliard de plus qu’il n’a produit. — Or, ce milliard c’est la subsistance de cent, de mille autres ; et en supposant que le salaire qui reste à ces mille spoliés suffise encore à les nourrir, en travaillant jusqu’à leur dernière heure, c’est le loisir de mille individus qu’un seul engloutit, c’est-à-dire leur vie morale et intellectuelle. — Ces hommes auxquels on enlève ainsi, au profit d’un seul, toute vie de l’âme et de la pensée fussent peut-être devenus des Newton, des Fénelon, des Pascal, réalisant de merveilleuses découvertes dans les sciences et dans les arts, et avançant d’un siècle les progrès de l’humanité. — Mais non, « grâces à la rente et à sa monstrueuse pérennité, » le loisir est interdit précisément à tous ceux qui travaillent du berceau jusqu’à la tombe, et devient le privi-