Ouvrir le menu principal

Page:Bastiat - Proudhon - Interet et principal, Garnier, 1850.djvu/114

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


si son capital s’était accru de 90 millions à 112 ; pourquoi, dis-je, ne réduit-elle pas ses escomptes dans la même proportion ? Pourquoi cet intérêt de 4 p. 100, encaissé par la Banque, pour loyer d’un capital qui n’est pas le sien ? Me donnerez-vous une raison qui justifie ce trop perçu de 1 p. 100 sur 112 millions ? Quant à moi, monsieur,

J’appelle un chat un chat, et Rollet un fripon,


et je dis tout uniment que la Banque vole. Mais ceci n’est rien.

Tandis que la Banque de France émet, en place d’écus, des billets, une partie de ses recouvrements continue à s’opérer en numéraire : on sorte que, le capital de fondation restant toujours le même, 90 millions, l’encaisse, soit le montant des espèces présentes à la Banque, s’élève progressivement à 100, 200, 300 millions : il est aujourd’hui de 431 millions !

Cette accumulation d’espèces, dont certaines gens ont la manie de s’affliger, est le fait décisif qui anéantit la théorie de l’Intérêt, et qui démontre de la manière la plus palpable la nécessité du crédit gratuit. Il est facile de s’en rendre compte.

C’est un point admis en théorie, que l’échange des produits peut très-bien s’opérer sans monnaie : vous le reconnaissez vous-même, et tous les économistes le savent. Or, ce que démontre la théorie est justement ce que la pratique réalise sous nos yeux. La circulation fiduciaire remplaçant peu à peu la circulation métallique, le papier étant préféré a l’écu, le public aimant mieux s’acquitter avec le numéraire qu’avec les billets, et la Banque étant toujours provoquée, soit par les besoins de l’État qui lui emprunte, soit par ceux du commerce qui vient en masse à l’escompte, soit par toute autre cause, à faire sans cesse des émissions nouvelles : il en résulte que l’or et l’argent sortent de la circulation et vont s’engouffrer à la Banque, et que là, s’ajoutant sans cesse à l’encaisse, la faculté de multiplier les billets devient littéralement illimitée.

C’est par cette conversion que l’encaisse de la Banque est arrivé à la somme énorme de 431 millions. De ce fait, il