Ouvrir le menu principal

Page:Barrot - Mémoires posthumes, tome 1.djvu/37

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MÉMOIRES


DE


ODILON BARROT




CHAPITRE PREMIER


(1791-1830)


J’ai été mêlé aux grands événements qui ont rempli le demi-siècle qui vient de s’écouler : je n’ai cependant pas la prétention d’en écrire l’histoire. Il y a entre le rôle d’historien et celui d’acteur une trop grande incompatibilité. Celui qui a participé à l’action est très-peu propre à la bien juger ; peintre et modèle tout à la fois, il pose, alors qu’il croit simplement raconter. Comme je n’ai pas la prétention d’échapper plus qu’un autre à cette disposition d’esprit à peu près inévitable, je me bornerai, comme témoin et comme acteur, à faire ma déposition au tribunal de l’Histoire, heureux si mes concitoyens trouvent à y puiser quelque utile enseignement.

En écrivant ces mémoires, j’obéis à un autre sentiment. Je les avais promis à ma chère fille dont la perte prématurée a été la grande douleur de ma vie.