Ouvrir le menu principal

Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/244

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ses religieuses, ses enfants dévoués, tout ce départ magnifique, et il trouvait la force de sourire avec sérénité, cependant qu’il disait dans son cœur : « Dernière joie, jour de Pâques fleuries, et dans cinq jours la descente au tombeau. »

Les mêmes soins du déménagement se poursuivirent toute la journée du lundi. Du matin jusqu’au soir, la congrégation trembla de voir apparaître l’huissier, mais la nuit approchant, on commença de dire que la justice n’était pas à la disposition de la Noire Marie. Seul Léopold ne partageait pas cette confiance insensée. Il savait que Pilate allait venir dans une heure. Et en effet, à six heures moins dix, M. Libonom se présenta à la porte du couvent. Trois des plus mauvais habitants de Saxon l’accompagnaient, et, parmi eux, le maire. Sœur Lazarine courut avertir Léopold qui s’habillait dans la chapelle pour la bénédiction du soir. Le Pontife d’Adoration se dévêtit paisiblement de ses ornements sacrés, et s’en alla aussitôt les rejoindre, en répétant à haute voix, dans les couloirs déserts, le texte d’Isaïe que l’Église a mis dans l’épître de ce jour :

— Stemus simul… Allons ensemble devant le juge. Quel est celui qui se déclare mon