Ouvrir le menu principal

Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/166

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Chrysostome s’est appuyé sur la sainte veuve Olympias, et saint Jérôme sur Marcelle qu’il chargea, lors de son départ pour la terre sainte, d’arbitrer les difficultés d’exégèse ; le nom de sainte Scolastique est lié à celui de saint Benoît, et nul ne peut penser à saint François de Sales sans voir à son côté sainte Jeanne de Chantal. Sœur Thérèse est digne d’être une Olympias, une Marcelle, une Scolastique, une Jeanne de Chantal… » Auprès d’elle, il sentait son être s’épanouir, se rapprocher du ciel. Quand les trois religieuses atteignirent l’esplanade, Léopold les pressa sur son cœur avec respect et dilection comme trois filles bien-aimées, et les bénit d’un signe de croix. Puis soudain, il les entraîne dans la sacristie, et prenant un calice posé sur la crédence :

— Mes chères filles, leur dit-il, le Prophète de Dieu daigne vous envoyer ces hosties miraculeuses descendues sur son autel et qu’il vous sera permis de porter en scapulaires sous vos vêtements.

Il dit et les leur fait baiser. Quel trouble, quelle émotion ! Elles éprouvent le sentiment des juifs qui croyaient mourir si une fois ils avaient touché l’Arche. Régulièrement, nulle religieuse ne peut mettre la main sur le ciboire vide et les linges sacrés sans une permission