Ouvrir le menu principal

Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/122

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu’au commencement. Mais ce qui prouve tout à fait qu’il est inspiré de Dieu, c’est qu’il ne sait lui-même ce qu’il dit et qu’il ne l’apprend qu’après son discours de ceux qui l’ont entendu et à qui il le fait répéter…

C’était charmant d’écouter François et de voir comment, au fond limpide de ces sortes de nature qui ne pensent qu’à admirer et à servir, se forme une inébranlable conviction. Il présentait le type idéal du clerc et de l’écuyer. On l’aurait vu indifféremment sur la paille de la rue du Fouarre, écoutant les leçons d’Abélard, ou couché en travers de la tente du chevalier son suzerain. Mais, en même temps, c’était un beau diseur, un voyageur qui arrive de loin et désireux de produire son effet. Aussi avait-il bien soigneusement gardé pour la fin l’énumération des hautes dignités dont ils revenaient revêtus :

— Il y aura vingt nouveaux pontifes pour la Régénération, qui arrivera bientôt, et nous sommes du nombre, nous trois ! Mon frère Supérieur (il montrait Léopold) est établi par Dieu Pontife d’Adoration, et mon jeune frère (il désignait Quirin) Pontife de l’Ordre. Notre sœur Thérèse est sacrée miraculeusement, elle aussi, pour être la fondatrice et la supérieure