Ouvrir le menu principal

Page:Barbey d’Aurevilly - Les Poètes, 1862.djvu/334

Cette page n’a pas encore été corrigée


XIX

M. AUGUSTE DE CHATILLON

A la Grand’Pinte !

I

Voilà un mauvais titre ! Inexact, s’il n’est pas faux ! A la Grand’Pinte ! n’est plus que l’enseigne attardée et ne pendant plus qu’à un clou, d’un cabaret où l’on patoise et qui sera fermé demain ! La grand’pinte ! c’est là une mesure qui n’est plus de notre temps, un terme qui a cessé de faire partie du dictionnaire de nos mœurs ! Dans tous les cas, c’est là un titre beaucoup trop fort en gueule et en éclats de rire pour le recueil de poésies de ce nouveau poète, d’un nom si beau, — M. Auguste de Châtillon !

Sur le titre seul, en effet, ne dirait-on pas que ce livre est toute une beuverie à la Rabelais ou à la Saint Amand ? Et ce n’est pourtant qu’un simple recueil où,