Ouvrir le menu principal

Page:Barbey d’Aurevilly - Les Philosophes et les Écrivains religieux, 1860.djvu/41

Cette page n’a pas encore été corrigée


méditation, que les tendances de M. Reynaud sont plus vives et plus fortes que ses facultés.

Le traité de Terre et Ciel, qui résume toute sa vie intellectuelle, car il a été effeuillé dans des revues et des journaux depuis dix ans, ce traité, regardé comme un système, à toute solution, par un petit nombre de gens solennels et mystérieux, qu’on pourrait appeler les Importants de la philosophie, est, qu’on nous passe le mot (le seul qu’il y ait, hélas ! pour exprimer notre pensée), un perpétuel coq-à-l’âne sur les relations du temps à l’éternité. Pour un métaphysicien, qui doit connaître les éléments de la science qu’il cultive, et n’avoir pas de distractions, M. Jean Reynaud est entièrement étranger à la conception de l’éternité ; ou s’il la pose parfois, il l’oublie. C’est qu’au fond il n’a rien de net, de ferme, de péremptoire et d’arrêté dans l’esprit. Il patauge.

« L’infinité, dit quelque part ce panthéiste, malgré lui ou à dessein (lequel des deux ?), l’infinité est un des attributs de l’univers. » Mais l’infinité est le contraire de la mesure, comme l’éternité est le contraire du nombre ! Des écoliers sauraient cela, et voyez la singulière conséquence ! Si on met l’infini à la place de l’étendue, où pose-t-on l’axe du monde et que devient pour M. Jean Reynaud cette gravitation dont il et si sûr et si fier ? Dans le chapitre de l’homme, où le récit de la Genèse est culbuté par l’hypothèse, l’éternelle hypothèse du développement progressif de la vie et de « la création graduelle », M. Jean Reynaud méconnaît l’Absolu divin. Il semble ignorer que Dieu soit un acte pur et ce que c’est même qu’un acte pur ! Il s’imagine que Dieu, comme l’homme, a son chemin à faire