Ouvrir le menu principal

Page:Barbey d’Aurevilly - Les Philosophes et les Écrivains religieux, 1860.djvu/271

Cette page n’a pas encore été corrigée



LACORDAIRE[1]


I

Au moment où le révérend P. Lacordaire vient d’entrer à l’Académie, la Critique littéraire doit se trouver heureuse d’avoir un livre du nouvel académicien à examiner. C’est deux fois une nouveauté. Les livres ne sont pas très-nombreux dans la vie du P. Lacordaire. Pour ma part, il m’est impossible d’admettre comme un livre, dans le sens véritablement littéraire du mot, les Conférences de Notre-Dame, improvisées, on nous l’a dit assez, en insistant sur ce mérite, et si remaniées depuis, à main et à tête reposées, en vue de la publication. Reste la Vie de saint Dominique, livre médiocre, d’une érudition incertaine, et dont la célébrité du révérend P. Lacordaire, comme orateur,

  1. Sainte Marie-Madeleine, par le R. P. Lacordaire, de l’Académie française.