Ouvrir le menu principal

Page:Barbey d’Aurevilly - Les Philosophes et les Écrivains religieux, 1860.djvu/127

Cette page n’a pas encore été corrigée


protestantisme, qui, depuis Bossuet, sont notre musée d’artillerie. C’est qu’effectivement Saint-Martin n’est qu’un protestant modifié

C’est un protestant par l’esprit, avec un tempérament catholique. Combinaison regrettable qui le rend plus dangereux et plus nuisible qu’un protestant !

En effet, pour nous dégoûter de l’erreur de son principe et de sa doctrine, le protestant a la sécheresse de sa raison et la superbe de son orgueil, mais Saint-Martin a l’imagination du poëte, l’amour du croyant ; et son orgueil est si doux (car il y a toujours de l’orgueil dans un chef de secte), qu’on le prendrait presque pour cette vertu qui est un charme et qu’on appelle l’humilité. Voilà par quoi, de son vivant, il a entraîné les âmes analogues à la sienne, qui sont, après tout, il faut bien le dire, la meilleure partie de l’humanité. Portées toujours en haut comme lui par leur aspiration naturelle, il a voulu créer pour elles un christianisme supérieur et indépendant. Il a oublié que, pour l’homme, l’abîme le plus terrible n’est pas celui qu’il a sous les pieds, mais celui qu’il a sur la tête, et que l’âme, comme le corps, meurt aussi bien de trop monter que de trop descendre. Tel a été le tort de Saint-Martin, et le reproche qu’on peut lui faire. Il a raffiné sur ce qui n’admet pas de raffinement, c’est-à-dire sur la vérité du catholicisme qui est la vérité absolue, et il a été dans l’ordre des choses religieuses ce que furent les Précieuses dans l’ordre des choses littéraires. Mais ce qui n’a que l’importance du ridicule en littérature, en religion devient criminel. Voilà pourquoi il faut être implacable pour ces