Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/57

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


370. Il descendit du siège de devant de son char et se hâta de les attaquer. Ayant saisi, pour combattre, son bouclier blanc, orné de mille lunes,

371. Et son glaive divin et sans tache, orné d’or, le fort (Açvatthâman) ayant attaqué les fils de Draupadî, les dispersa avec ce glaive.

372. Puis, ô roi, dans ce grand combat, il frappa au ventre le tigre des hommes Prativindhya (fils de Youdhishthira), qui tomba mort.

373. Mais le majestueux Soutasoma (fils de Bhîma), ayant atteint le fils de Drona d’un javelot, courut sur lui l’épée haute.

374. Le taureau des hommes, ayant coupé le bras de Soutasoma qui tenait l’épée, le frappa aussi dans le côté. Ce (prince) tomba (à terre), le cœur percé.

375. L’héroïque Çatânîka, fils de Nakoula, ayant levé à deux mains une roue de char, en frappa avec violence (le fils de Drona) dans la poitrine,

376. Ce brahmane s’attaqua à Çatânika, qui avait lâché sa roue et qui tomba défaillant à terre ; après quoi il lui enleva la tête.

377. Çroutakarman, ayant saisi une barre de fer, courut attaquer le fils de Drona et l’atteignit au bras gauche, qui portait le bouclier.

378. Mais celui-ci frappa au visage, de son excellente épée, Çroutakarman qui, défiguré, tomba à terre sans connaissance et mourut.

379. Le grand guerrier, le brave Çroutakîrti (fils d’Arjouna), attiré par le bruit, ayant (à son tour) attaqué Açvatthâman, le couvrit d’une pluie de flèches.

380. Celui-ci s’en garantit avec son bouclier, et lui