Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/434

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CHAPITRE XLIII


LOUANGES DU VASOUDEVIDE


1499. Vaiçampâyana dit : Le grand sage Youdhishthira étant sacré, et ayant pris, dans sa pureté, possession du trône, fit l’añjali et dit au Dâcârhien Poundarîkàksha :

1500. « Krishna, favorisé par toi, c’est par ton habileté, ta force, ta sagesse et ton héroïsme, ô tigre de la race d’Yadou,

1501. Que j'ai retrouvé ce royaume de mon père et de mes aïeux. Hommage à toi toujours, ô Poundarîkâksha, dompteur des ennemis !

1502. On a dit que tu es l’Être unique et suprême, le refuge des adorateurs. Les brahmanes aux sens domptés te louent sous différents noms.

1503. Hommage à toi, Viçvakarman (auteur de tout), âme universelle, origine de toutes choses, Vishnou, Jishnou (victorieux), Hari (fauve), Krishna (noir), Vaikountha (Vishnou-Krishna), le plus grand des Esprits,

1504. Jadis, tu as été sept fois engendré par Aditi, tu as été ensuite le fils de Priçni ; on t’appelle aussi Triyouga (possédant le triple youga),

1505. Tu es appelé Çoucicravas, Hrishikeça, Ghritâçis, Hamsa (le cygne), le Dieu aux trois yeux ; tu es Çambhou (le bienfaisant), l’Unique, Vibhou (le puissant), Damodara,