Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/295

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


446. C’est une régie établie par le destin, et l’homme intelligent ne s’en étonne pas. O Indra des rois, sois tel que tu as été créé.

447. Des insensés, renonçant à la colère et à la joie, se retirent dans les bois. Sans le meurtre (des créatures), les ascètes (eux-mêmes) ne sauraient entretenir leur vie.

448. Il y a de nombreuses créatures dans l’eau, dans la terre et dans les fruits, et (cependant), nul ne (se prive) de les détruire. Quoi de plus (impérieux), que d’entretenir son existence ?

449. Il y a certains êtres si petits, qu’on ne peut que conjecturer (leur existence), et dont la seule chute des paupières cause la perte par milliers.

450. Dans les bois, des mounis, renonçant à la colère et à la joie, se voient si perplexes, (qu’ils continuent) à y suivre les règles de maître de maison.

451. Des hommes ayant creusé la terre, ayant coupé les plantes, les arbres, etc., font des sacrifices d’oiseaux et de bestiaux et gagnent le Svarga.

452. Il n’y a aucun doute pour moi que les efforts de tous les êtres n’atteignent leur but, quand la politique du bâton est (bien) appliquée, ô fils de Kountî.

453. Si la verge (du châtiment) n’existait pas en ce monde, les peuples périraient, de même que, dans les eaux, les petits poissons sont mangés par les gros.

454. Cette vérité a jadis été proclamée par Brahma (qui a dit) : « Le bâton bien conduit protège les créatures. » Vois ! Quand les feux s’éteignent, (il suffit) de les menacer (du soufflet), pour que la crainte du châtiment (les fasse) se rallumer d’effroi.

455. Si, dans le monde, il n’y avait pas le bâton pour