Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/244

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ton ennemi s’avancera et fera tomber ta tête à l'improviste. Va-t-en, ô le plus vil des hommes.

71. Ô fou, de même que ma vache a été tuée par toi par suite de ton manque de prévoyance, de même ton ennemi t’enlèvera la tête, en un moment d’imprévoyance de ta part. »

72. Il essaya alors d’apaiser cet excellent brahmane, (en lui offrant) des vaches, des richesses, des joyaux ; mais celui-ci lui dit :

73. « Certes, le monde entier ne saurait rendre vaine la parole que j’ai prononcée. Va-t-en ou reste, mais que ton destin s’accomplisse. »

74. Et Karna, à qui le brahmane venait de tenir ce langage, effrayé en se rappelant ce qui lui avait été dit, s’en retourna tristement, et la tête basse, vers Râma.