Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol1.djvu/388

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE LIX


MORT DE DOURYODHANA


Argument : Arjouna demande à Krishna ce qu’il augure de l’issue du combat. Krishna répond que, dans un combat régulier, Bhîma ne peut pas triompher, mais qu’il pourrait y arriver en employant un moyen frauduleux. Il est d’avis que Bhîma accomplisse le vœu qu’il a fait, de briser les deux cuisses de Douryodhana. Arjouna fait dans ce sens un signe à Bhîma qui le comprend. Ruses de Bhîma pour préparer son coup. Le combat devient terrible. Bhîma, d’un coup de massue, brise les deux cuisses de Douryodhana qui tombe ; horreur des assistants, à la vue de ce coup déloyal. Prodiges qui ont lieu à cette occasion.


3246. Sañjaya dit : Arjouna, voyant le combat engagé entre les deux plus grands des Kourouides, dit au glorieux Vasoudevide :

3247. Ô tourmenteur des hommes, dis moi lequel de ces deux héros, tu juges le plus fort dans le combat, ou quel est celui dont tu considères les qualités comme supérieures.

3248. Le Vasoudevide dit : La science est la même pour tous les deux ; mais, si Bhîma est le plus fort, le fils de Dhritarâshtra est adroit, et a plus de persévérance (dans la pratique), que Vrikodara.

3249. Bhîmasena n’obtiendra pas la victoire en combattant selon les règles ; mais il pourrait tuer Souyodhana, en combattant d’une manière irrégulière.