Ouvrir le menu principal

Page:Béranger - Chansons anciennes et posthumes.djvu/646

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MES FLEURS


Air : Charmant ruisseau.


Modestes fleurs, empressez-vous d’éclore :
Déjà bien vieux, j’ai hâte de vous voir.

De votre éclat, vite, égayez l’aurore ;
De vos parfums, vite, embaumez le soir.

bis.


Fleurir demain serait trop tard peut-être :
Pour les vieillards tout flot cache un écueil.
Ce beau soleil qui vous invite à naître
Peut, dès demain, briller sur mon cercueil.