Ouvrir le menu principal

Page:Béranger - Chansons anciennes et posthumes.djvu/642

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA NOURRICE


Air : Dans les prisons de Nantes.


        Dors, Flora, ma chérie,
Tra, la, tralala, la, la, la.
        Suzon, qui t’a nourrie,
        Te berce et bercera
        Toujours, et chantera.

        Jusqu’au matin, sois sage,
Tra, la, tralala, la, la, la.
        De ta fauvette en cage,
        Dès que le jour poindra,
        La voix t’éveillera.