Ouvrir le menu principal

Page:Béranger - Chansons anciennes et posthumes.djvu/618

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LES PAPILLONS


Air : Une fille est un oiseau.


La grand’mère, au temps jadis,
Répétait à la fillette :
Prie, enfant, car tu grandis ;
Le diable est là qui te guette.
Point de jeux trop séduisants.
Je suis vieille, on doit me croire.
Viens d’une âme de douze ans,
Ma fille, écouter l’histoire.

Crains le diable ; mais crois bien
Que l’enfer vaut mieux que rien.

bis.