Ouvrir le menu principal

Page:Béranger - Chansons anciennes et posthumes.djvu/580

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PANTHÉISME


À UN ANCIEN PROPHÈTE SAINT-SIMONIEN


Air de la Pipe de tabac.


Salut et gloire, ô mon prophète !
Ton front rayonne, et devant toi
Tombe le Christ, dont la défaite
Va nous valoir une autre loi.
Toi qui sais Dieu, l’homme et notre âme,
Prends ma table pour Sinaï ;
Parle, et ta loi, je la proclame
Au bruit de vingt bouchons d’aï.

Chantons un hymne à la matière,
Que tu rétablis dans ses droits.
Ta loi l’institue héritière
De tous les cultes à la fois.
Le pape en déchire sa robe,
Mahomet n’a plus feu ni lieu.
Vivat ! nous verrons sur le globe
Ton dieu régner, s’il plaît à Dieu.

Tu divinises la nature ;
Épicure autrefois l’osa.
Lucrèce a tenté l’aventure
Dont l’honneur reste à Spinosa.
Finis la statue ébauchée ;
Rends-la plus belle, orne-la mieux.
C’est la matière endimanchée
Qu’un panthéisme ingénieux.

Mais, vient dire un vieux moraliste,
La matière a vaincu sans vous.
Reine de notre âge égoïste,
Nous lui devons mœurs, lois et goûts.
Pour faire action méritoire,
Mieux vaudrait, apôtres nouveaux,
Enrayer son char de victoire
Que d’aiguillonner ses chevaux.

Votre Dieu, disent les sceptiques,
S’il vit en nous, à l’être humain
Dut montrer, dès les temps antiques,
Le but, la borne et le chemin.
En vain donc la raison s’éveille ;
Au progrès l’homme aspire à tort ;
Il essaime comme l’abeille,
Il bâtit comme le castor.

Le poëte qu’un souffle agite
Crie : Eh quoi ! l’âme, à notre mort,
Sans mémoire, de gîte en gîte,
Entre au hasard, pleure et puis sort !
Prostituée et vagabonde,
Quoi ! cette âme, esclave ici-bas,
N’a point de ciel où fuir un monde
Qu’elle sent crouler sous ses pas !

Le Très-Haut, t’écrit un saint prêtre,
Roi des cieux, est notre soutien.
Ce Dieu seul à tout donna l’être ;
Tous les germes sont dans le tien.